Accueil > Séjour > Centre Portugais de la Photographie de Porto (gratuit)

Centre Portugais de la Photographie de Porto (gratuit)

Centre Portugais de la Photographie de Porto (gratuit)

Le centre portugais de la photographie est un endroit bien agréable à visiter, autant pour les passionnés que pour les curieux. Si vous séjournez à Porto et que vous êtes dans le coin de la Tour des Clérigos, je vous conseille d’y faire un saut. L’entrée est gratuite, alors forcément, ça motive.

Un musée de la photo dans une ancienne prison

A deux pas de la Tour des Clérigos, juste en face du Jardin de la Cordoaria, se trouve le superbe édifice qui abrite le Centre Portugais de la Photographie. Cette grande bâtisse n’est autre que l’ancienne prison de la Cour d’Appel, un bâtiment d’envergure qui date de 1796 et dont la construction a mis près de 30 ans. Ce n’est qu’en 1997 qu’elle fut reconvertie en musée de la photographie à l’initiative du ministère de la culture.

Au début des années 2000, le centre portugais de la photographie a fermé ses portes pour rénovation. Le puits de lumière centrale avec toutes les anciennes portes est sublime ! Je ne sais pas dans quel état c’était avant, mais le bâtiment actuel est plutôt bien réhabilité. Bon mis à part peut-être certains plafonds sous les escaliers qui s’effritent, mais il faut savoir préserver le charme d’antan, n’est-ce pas ?

Avant d’accueillir les précieux travaux des photographes, ce sont les prisonniers qui habitaient les lieux. Et à l’époque, ils étaient classés selon le type de crime commis, le statut social et bien sûr leur porte-monnaie. C’est ainsi que le rez-de-chaussé servait de donjons, le premier étage était réservé aux femmes, et le dernier, aux pièces individuelles pour les gens importants. Les riches quoi.

Si aujourd’hui les murs blancs reflètent la jolie lumière du soleil qui traverse les fenêtres, on peut facilement s’imaginer les pièces confinées, sombres, froides et humides d’autrefois.

Une visite rapide mais qui vaut le détour

Les visiteurs sont en général plus séduits par le contenant que le contenu. Je ne suis pas tout à fait d’accord avec ça, mais je suppose que ça dépend aussi des expositions sur lesquelles on tombe. Quand j’y suis allée, c’est le photographe Pedro Mesquita qui présentait O Porto By The Window , une série de clichés en noir et blanc, prise depuis différentes fenêtres de la ville. J’ai beaucoup aimé l’ambiance de ses photos et je me suis même prêtée au jeu à l’étage supérieur .

Dans la salle suivante, changement de thème avec les photographies de João Garcia qui nous emmène « de l’autre côté de la mer ». Entre Porto et Nagasaki, nos cœurs balancent. Ces photos volées nous montrent le visages de 2 villes foncièrement différentes mais qui sont jumelées depuis plus de 35 ans ! Très appréciable aussi. Je vous laisse découvrir le travail de ce photographe par ici.

Donc pour mon expérience personnelle, j’ai trouvé les expositions au top. En revanche, le truc un peu gênant, c’est l’absence de traduction des textes. La plupart des encarts sont en portugais, il y a très très peu d’anglais et pour les explications en français, vous pouvez vous brosser. C’est un peu dommage, mais bon, pour l’esthétique, c’est plutôt réussi.

Il y a également une bibliothèque d’archives avec des ordinateurs à disposition, mais je ne peux pas vous en dire plus, je n’y suis pas rentrée… Si quelqu’un peut nous éclairer sur le sujet, les commentaires en bas de pages sont les bienvenus.

Au dernier étage, vous trouverez une salle entièrement dédiée au matériel photographique. Le musée présente une collection d’appareils complète qui devrait séduire les passionnés et les collectionneurs. En grande adepte des trucs vieillots, c’est la partie du musée que j’ai préférée. D’ici vous pourrez admirer une jolie vue.

lundi 5 février 2018, par Portugal.fr