Accueil > Dossiers > Le Fado, un peu de l’âme portugaise

Le Fado, un peu de l’âme portugaise

Le Fado, un peu de l'âme portugaise

Le mot « fado » vient du latin « fatum », qui signifiait « destin ». Son étymologie nous aide à comprendre les thèmes abordés dans ces chansons. L’air mélancolique est parfait pour parler d’amour déchu ou impossible, de la nostalgie des morts ou du passé, des difficultés de la vie, de la tristesse, la saudade et bon nombres d’autres thèmes dans le même style.

L’origine du Fado n’est pas une source sure, deux hypothèses existent. La première est que ce chant serait un dérivé des chants qu’entonnaient les marins portugais. La seconde hypothèse est que le fado serait l’évolution d’un courant musical brésilien, très en vogue à Lisbonne au XIIX ème siècle.
Ce genre musical peut être aussi bien chanté par des femmes que par des hommes. La première chanteuse reconnue de Fado qui enchanta les oreilles de ses compatriotes et autres voyageurs de passage, s’appelait Maria Severa Onofriania, une chanteuse gitane d’une beauté remarquable qui vécut à Lisbonne au XIX ème siècle.

Le 27 novembre 2011, le fado fut reconnu comme patrimoine culturel immatériel de l’humanité, pour son importance dans la culture portugaise.

Il existe deux fados distincts qui sont : le fado de Lisboa et celui de Coimbra.

Le fado de Coimbra est essentiellement chanté par des hommes, la tradition veut que ces jeunes hommes chantent pour les « donzelles », les étudiantes. Il n’est pas rare que ces chansons se présentent sous forme de sérénades, le soir. Si un groupe d’hommes chantent, alors c’est une « tuna », il en existe dans toutes les universités portugaises.
Le fado de Coimbra est généralement accompagné d’une guitare (espagnole ou portugaise).
Les thèmes mélancoliques se changeront en thèmes folkloriques dans les années cinquante, certaines chansons seront même destinées à former une certaine résistance à la dictature de Salazar.

Le fado de Lisboa quant à lui, est originaire des quartiers populaires de Lisbonne. Le rythme est plus joyeux que celui de Coimbra et aussi bien les hommes que les femmes peuvent le chanter. Les thèmes abordés sont les mêmes que le fado de Coimbra, cependant il n’est pas rare non plus que les paroles portent sur les problèmes du quotidien. Quelques chanteurs importants du fado de Lisboa sont Carlos Ramos, Alfredo Duarte Marceneiro, Berta Cardoso ou encore Maria Teresa.
La figure du fado moderne s’appelle Amalia Rodrigues.

Au jour d’aujourd’hui, le fado original est surtout chanté pour les touristes curieux de connaître les traditions. Les portugais quant à eux, écoute principalement le fado moderne.

vendredi 5 octobre 2012, par Portugal.fr