Accueil > > Investir au Portugal

Investir au Portugal

Investir au Portugal

Bien que le Portugal connaisse une crise financière majeure depuis quelques années, il semblerait que depuis 2012 le flux d’investissement direct étranger (IDE) ne cesse de s’accroitre et ceux-ci sont au centre de la stratégie du gouvernement. Les efforts du Portugal pour assainir son économie semblent donc plébiscités par les investisseurs. Reste peut être à simplifier les démarches administratives et judiciaires pour accroitre plus encore les investissements étrangers.

Qui investi au Portugal et dans quoi ?

Selon Banco de Portugal [1] qui mesure les flux d’investissements étrangers par secteur et par activité, les principaux pays investisseurs seraient l’Espagne avec 19% de la somme totale des IDE, suivi par la Belgique avec 16%, la France avec 15%, le Royaume Uni avec 14%, l’Allemagne avec 11% ou encore la Hollande, le Luxembourg et la Suisse avec respectivement 8, 4 et 3% des investissements directs étrangers. En somme en 2013, 90% des investissements étrangers au Portugal provenaient de pays européens.

Dans quels secteurs de l’économie se répartissent ces investissements ?

C’est le secteur du commerce qui est le plus largement plébiscité par les investisseurs étrangers avec une part de 33% de la somme totale des IDE. Juste derrière on retrouve le secteur manufacturier historiquement fort au Portugal, avec 22% des investissements. 16% sont investis dans les activités financières et assurances. On retrouve là les 3 plus gros secteurs impactés par les IDE. D’autres secteurs sont néanmoins aussi attractifs, celui de l’information et des télécoms (3%), celui de l’énergie (3%), les activité scientifiques et techniques (2%) et la construction (1%).

Quelques bonnes raisons d’investir au Portugal

Si les investissements sont importants au Portugal c’est déjà parce que ce pays de l’Union Européenne est très bien équipé en matière de transport et fait office de véritable pont entre l’Europe, l’Afrique et l’Amérique. Également, et ce fait semble plutôt important, parce que le coût de la main d’œuvre est faible (le salaire minimum est légèrement supérieur à 560€/mois) ; mais aussi parce qu’on y trouve une bonne stabilité socio-politique et que les frileux se rassurent le terrorisme est absolument inexistant et le Portugal présente un des taux de délinquance les plus bas du continent ! Enfin les investisseurs sont aussi séduits par la stabilité monétaire apporté par l’Euro et cerise sur le gâteau, le climat et la qualité de vie sont excellents.

Depuis quelques années le gouvernement s’attache à favoriser l’attractivité du pays vis à vis des investissements étrangers. Au cours de ces dernières années le pays a connu de fortes évolutions concernant la fiscalité, la logistique, les télécommunications et les transports. Le gouvernement a également mis en place l’AICEP (Agence pour l’Investissement et le Commerce Extérieur). Cette entité est chargée de développer les opportunités d’affaires et les partenariats locaux pour les entreprises portugaises, de promouvoir ces entreprises et leurs services sur le marché local, d’aider, conseiller et orienter les investisseurs et de favoriser leur installation ... [2]
Notez également que la loi du travail a été particulièrement assouplie et qu’un régime spécial a été instauré pour les projets d’investissements supérieurs à 25 millions d’euros.

L’autre gros chantier du gouvernement, établi dès le début de l’année 2013, a été la mise en place d’un programme d’obtention du permis de résidence pour activité d’investissement. Ce visa est accessible pour les apporteurs de capitaux, les créateurs d’emploi ou les investisseurs immobiliers [3] . Aussi, le gouvernement a développé le programme de visas NHR (non résident habituel), qui semble aujourd’hui être surtout une incitation pour les retraités européens, mais qui est également initialement prévu pour favoriser le retour sur son territoire des émigrants ou plus génériquement l’arrivée de personnes physiques résidentes à l’étranger (Pour en savoir plus consultez notre dossier "retraite au Portugal".

Enfin, notons aussi que le gouvernement a drastiquement fait évoluer les démarches de création d’entreprise en mettant en place le concept "Empresa na Hora" permettant de créer un société en moins d’une heure.

Les investisseurs et investissements sont t-ils protégés ?

Le Portugal est membre de l’UE et a donc des conventions particulières avec tous les pays membres. Aussi, il a signé des conventions bilatérales avec une 50aine de pays hors Union Européenne.
Selon DoingBusiness, le Portugal présente un index de transparence des transactions équivalent à celui des pays de l’OCDE, à peine inférieur à celui des USA et supérieur à celui de l’Allemagne. Il en va de même pour l’index de pouvoir des actionnaires qui sont en pleine capacité de défendre leurs droits. L’index de protection des investisseurs est également très bon, équivalent aux autres pays de l’OCDE et supérieur à celui de l’Allemagne.

Sont considérés comme investissements, les souscriptions au capital ou acquisition d’entreprises supérieur à 10% de prise de participation. Il n’existe aucune contrainte pour les investisseurs étrangers pour exercer librement les activités de leur choix. Cela dit il est nécessaire d’obtenir une autorisation du gouvernement pour développer des activités de : défense, gestion de l’eau, télécoms, transport (train, maritime et aérien), ou pour l’établissement d’organisme de crédit ou société de financement. Notez que ces obligations sont les mêmes pour les capitaux nationaux.

Les aides à l’investissement

Le développement d’activités au Portugal est de plus en plus favorisé par des subventions, simplifications des démarches administratives, incitations financières.

Si vous désirez obtenir des informations sur tous les types d’aides existantes, vous devrez vous renseigner auprès de l’AIPMEI (Institut d’appui aux PME) ou de l’ICEP (institut du commerce, du tourisme et de l’investissement au Portugal).

Les secteurs économiques les plus aidés sont la pêche, l’agriculture, les énergies renouvelables, le tourisme et l’électronique. Les aides consistent principalement en des crédits et réductions d’impôt mais aussi en des subvention européennes pour ce qui concerne les aides régionales.

Pour les investissements supérieurs à 25 millions d’euros, en fonction du nombre d’emplois créés, de la nature du projet et de ses répercutions sur la vie locale, d’autre aides peuvent être octroyées.

Sachez également qu’il existe au Portugal des zones franches dans les secteurs les plus défavorisés économiquement. Dans ces dernières des mesures fiscales particulières sont pratiquées, principalement lorsqu’il s’agit de créations d’emplois.

Investir dans quoi ?

Les secteurs reconnus comme ayant le potentiel de développement le plus important sont les biotechnologies, les centres de services comme les Call Center, la chimie, le secteur électrique et électronique, le tourisme et les nouvelles technologies d’information et de communication.

Le secteur immobilier est également très dynamique et attire de nombreux investisseurs. Les prix sont relativement bas, le régime fiscal est avantageux, le taux de rentabilité est important, il semble que c’est vraiment le moment d’investir au Portugal !
A Lisbonne, on peut trouver tous les types de biens. Les investisseurs se jettent surtout sur les immeubles anciens au cœur du quartier historique mais aussi sur les maisons privatives ou encore les résidences sécurisées particulièrement adaptées aux investissements locatifs.
Pour un investissement en Algarve, dans le sud du pays, on trouve surtout à la vente des villas avec jardins. La région qui est historiquement occupées par de nombreux habitants provenant d’Europe du Nord a particulièrement été épargnée par la crise et bien que le région soit sans aucun doute une des plus riches et prisés du pays, paradoxalement les prix de l’immobilier restent plus bas que dans le reste du pays [4].

Les faiblesses

La principale faiblesse du pays est liée à sa démographie. effectivement la population est vieillissante, aussi de nombreux jeunes diplômés émigrent et d’un autre côté le retour des émigrés des anciennes générations décroit progressivement.
Notons également que La loi du travail, même si elle tend a s’améliorer reste tout de même encore un peu rigide.

Si le Portugal a figuré être un succès économique dès son entrée dans l’UE, rattrapant le niveau de développement des pays les plus avancés, il se trouve que les secteurs traditionnels basés sur le bas coût de la main d’œuvre ont perdu en compétitivité, notamment à cause de l’émergence des nouveaux pays de l’UE présentant un niveau de qualification élevé et une main d’œuvre moins chère. De fait, le Portugal enregistre depuis plus de dix ans une croissance économique médiocre, d’un déficit extérieur très élevé et d’un endettement trop élevé de l’ensemble des agents économiques.

vendredi 6 février 2015, par Portugal.fr


[2Pour en savoir plus sur l’AICEP
3, Rue de Noisiel
75116 Paris - FRANCE
Tel : 01 45 05 44 10
E-mail : aicep.paris@portugalglobal.pt

[3Pour en savoir plus sur l’ARI (Autorisation de résidence pour activité) consultez la documentation en français.

[4Pour en savoir plus sur les investissements immobilier au Portugal nous vous conseillons de vous rapprocher de Portugal-immobilier